Blog / L’autoportrait de Robert Cornelius

samedi 9 octobre 2010

Auto-portrait de Robert Cornelius, 1839.

Robert Cornelius (1809-1893), autoportrait, 1839.
Bibliothèque du Congrès, Washington.

Christian Cornelius était un immigrant arrivé de Hollande en 1783 qui vivait de la fabrication de chandeliers et autres luminaires en métal à Philadelphie, Pennsylvanie. Son fils Robert (1809-1893), passionné de chimie et maîtrisant les techniques de métallurgie et d’argenture, s’est intéressé presque naturellement au tout nouveau procédé photographique sur plaques de cuivre argentées de Louis Daguerre.

Le 10 septembre 1839, le vapeur Great Western arrive au port de New York avec dans ses cales des exemplaires du London Globe du 23 août 1839. Dans ce journal figure un article qui va se répandre comme une traînée de poudre au travers le continent, grâce à de nombreuses republications dans les journaux nord-américains. Il s’agit de l’annonce d’un procédé inventé par M. Daguerre, qui permet de fixer les images d’une camera obscura. On y explique un principe de plaques de cuivre plaquées d’argent, nettoyées à l’acide nitrique dilué et livrées aux vapeurs d’iode. Après passage dans la chambre obscure, les plaques sont exposées à des vapeurs de mercure à “60° de Réaumur” avec un angle de 48° précisément, pour ensuite être passées à l’hyposulfite de soude et rincées à l’eau claire.

Dès le 16 septembre, un citoyen anglais résident à New York, D. W. Seager, réussit à réaliser le premier daguerréotype en Amérique, ce qui illustre l’enthousiasme fébrile déclenché par l’arrivée de la daguerréotypie aux États-Unis.

Le plus ancien daguerréotype nord-américain conservé jusqu’à nos jours daterait du 25 septembre 1839 (une image fantomatique et floue de Central High School à Philadelphie), et il est l’œuvre de Joseph Saxton avec un appareil très rudimentaire (une boîte à cigare…).

Ce M. Saxton était justement allé voir l’entreprise Cornelius de Philadelphie pour obtenir des plaques de cuivre argenté soigneusement polies… Et c’est ainsi que Robert Cornelius s’est initié au daguerréotype dès septembre 1839 en fabriquant les plaques demandées, puis en collaborant avec le chimiste Paul Beck Goddard de l’Université de Pennsylvanie qui travaillait lui aussi sur les techniques de daguerréotypie.

Joseph Saxton - Philadelphia’s Central High School, 1839

Joseph Saxton (1799-1873), Philadelphia’s Central High School, 25 septembre 1839.
The Historical Society of Pennsylvania.

En octobre 1839, Robert Cornelius réalise devant l’entreprise familiale ce qui est sans doute le premier autoportrait (en tout cas, le premier réussi et conservé) de l’histoire de la photographie. Vu la netteté de l’image, on peut en déduire qu’il avait apporté un perfectionnement pour raccourcir le temps de pose (souvent des dizaines de minutes à l’époque…), pourquoi pas un prototype précoce de plaque rapide au bromure d’iode, principe sur lequel on sait que Paul Beck Goddard a travaillé au cours des années 1840-1841, un type de plaque qui aurait permis une pose d’une quinzaine de secondes en plein soleil.

(Paul Beck Goddard expliquera plus tard qu’il travaillait avec des plaques au bromure d’iode dès décembre 1839, et que le procédé était le secret de fabrication des portraits du studio de Robert Cornelius, entreprise dans laquelle il était associé. — Cf. M. Susan Barger, William Blaine White, The daguerreotype: nineteenth-century technology and modern science. Smithsonian Institution, Washington D.C., 1991.)

Paul Beck Goddard - View from the roof of the University of Pennsylvania, 1839

Paul Beck Goddard (1811-1866), vue du toit de l’Université de Philadelphie, circa 1839.
Museum Collections of The Franklin Institute, Philadelphie.

Sur la fin de sa vie, Cornelius dira qu’il n’était pas très satisfait de son portrait à l’époque, car le cadrage n’était pas centré.

Cet autoportrait d’octobre 1839 fait partie de la collection de plus de 150 daguerréotypes de Marian S. Carson, acquise par la Bibliothèque du Congrès en 1996.

Un autre portrait réalisé en 1839 par Cornelius existe encore, celui qu’il fait de Paul Beck Goddard et qu’il présente le 6 décembre 1839 à l’American Philosophical Society (ce daguerréotype sera retrouvé en 1975 dans les archives de la société savante).

L’auto-portrait de Robert Cornelius fut aussi identifié comme le premier portrait de l’histoire photographique, jusqu’à ce que le collectionneur français Marc Pagneux présente en 1998 un petit daguerréotype “portrait de M. Huet”, trouvé au marché aux puces de Vanves, daté de 1837 et attribué à Daguerre lui-même (par les chercheurs André Gunthert et Jacques Roquencourt, mais ce portrait semble toujours l’objet de contestations dans le monde impitoyable des spécialistes du daguerréotype).

Daguerreotype Likenesses, 1840

Publicité pour le studio de Robert Cornelius. North American and Daily Advertiser, 12 juin 1840.
The Library Company of Philadelphia.

On peut cependant toujours lire sans l’ombre d’une réserve sur le Wikipédia anglo-saxon (“History of photography”) : “This self-portrait [Robert Cornelius] is the first photographic portrait image of a human ever produced.”

Quoi qu’il en soit, l’autoportrait de Cornelius alors âgé de trente ans est un daguerréotype primitif d’une rare “beauté romantique” qui suscite une émotion particulière chez le spectateur, et jusqu’à preuve du contraire, il reste le premier autoportrait connu de l’histoire de la photo.

Sûr de sa technique, Robert Cornelius ouvrira avec Paul Beck Goddard l’un des premiers studios photographiques aux États-Unis le 6 mai 1840, avant de se désintéresser de la photographie (alors que les studios poussent comme des champignons) pour se consacrer à partir de 1843 à un autre progrès (qui conditionnait l’avenir de l’entreprise familiale), l’éclairage au gaz. C’est à lui qu’on devra l’éclairage de l’exposition universelle à Philadelphie en 1876.

 

Laurent Gloaguen, octobre 2010.

Robert Cornelius - Grandma Toppan, 1841

Robert Cornelius (1809-1893), “Grandma Toppan”, circa 1841.
The Library Company of Philadelphia.

Ci-dessus, un bel exemple de daguerréotype produit par Robert Cornelius. Le personnage est idendifié comme “Grand-maman Toppan” sur un morceau de papier accompagnant le coffret. Il a été acheté en 1986 par la Library Company of Philadelphia.